Graver la beauté pour l'éternité

Nouvelles

Monuments Ste-Anne profite de cette section afin de partager avec vous des nouvelles et des articles de journaux concernant l'entreprise.

Bonne lecture!

Ron Turcotte immortalisé

Jacob Cassidy
www.cimt.teleinterrives.com
Le 20 juillet 2015

Ron Turcotte immortalisé

Quelques centaines de personnes étaient rassemblées pour le dévoilement du monument Ron Turcotte dimanche à Grand-Sault.

Une statue de bronze à l'effigie de l’ex-jockey et de son célèbre cheval Secrétariat a été inaugurée le long de la rue Broadway, en plein coeur du centre-ville. M. Turcotte était accompagné de ses frères et soeurs, de ses enfants et petits-enfants et de sa femme Gaétane. Certains de ses amis et d'anciens collègues de monde hippique s'étaient aussi déplacés pour l'occasion. 

Des proches de M. Turcotte et des dignitaires se sont adressés à la foule pour souligner les exploits de l'homme qui célèbrera bientôt son 74e anniversaire de naissance. Décrit par certains comme un héros, par d'autres comme une légende, Ron Turcotte peut être considéré comme le plus grand jockey du Canada.

Entre 1962 et 1978, Ron Turcotte a remporté près 3000 courses hippiques. Il est notamment connu pour avoir gagné la triple couronne en 1973.

Plusieurs personnes ont tenu à souligner les racines régionales de M.turcotte. Originaire de Drummond, l'ex-jockey s'est dit touché par l'hommage qui lui est rendu par sa communauté.

Des gens de partout au Canada et aux États-Unis s'étaient déplacés pour l'occasion. Ils ont eu la chance de rencontrer l'ancien coureur hippique et de se faire photographier avec lui.

Ron And Secretariat

www.dorothystewart.net
Le 22 juillet 2015

Ron And Secretariat

Last weekend, my dog and I went to Grand Falls/Grand-Sault in northern New Brunswick to see a statue unveiled. It is Ron Turcotte and Secretariat crossing the finish line at the Belmont Stakes in 1973 and thereby winning the Triple Crown. As you cross the falls on the Ron Turcotte Bridge heading to the town’s centre, the statue is the first thing you see in the middle of the beautiful Broadway Boulevard. It was made by New Brunswick artist Yves Thériault, and it is magnificent. (..)

Grand Falls Honours Hometown Hero Turcotte With Statue

Paulick Report Staff, CBC
Le 20  juillet

Grand Falls Honours Hometown Hero Turcotte With Statue

The town of Grand Falls, New Brunswick, honored its hometown hero and riding legend Ron Turcotte with the unveiling of a monument on Sunday.

CBC News was on hand for the ceremony. The bronze statue depicts Turcotte aboard Secretariat as the pair hit the finish line in the 1973 Belmont Stakes.

“I have received many awards and trophies from all over, but to have my own town honour me in this way is very special to me and my family,” Turcotte said.

Ron Turcotte Honoured With Statue In Grand Falls

www.jockeytalk360.com (from CBC News)
Le 20 juillet 2015

Ron Turcotte Honoured With Statue In Grand Falls

Horse racing legend Ron Turcotte was honoured by the Town of Grand Falls with the unveiling of a monument on Sunday.

The bronze statue is of Turcotte on the famed horse Secretariat at the finish line of the Belmont Stakes to capture the Triple Crown in 1973.

Turcotte told the hundreds of people at the unveiling that he’s the luckiest man alive.(...)

Girls dressed in the blue-and-white checkered colours that Turcotte wore while riding Secretariat helped with the unveiling.

One of them was Turcotte’s granddaughter Lindsey Smith.

“It just makes me feel like a part of him somehow,” she said.

The statue cost $300,000 and has been years in the making.

Turcotte and Secretariat have also been honoured with monuments in Kentucky, New York and Calgary. To Turcotte, the Grand Falls honour is special.

“Being immortalized now, two places in Canada and two places in the United States, but in your hometown, it’s special,” said Turcotte. (...)

Ron Turcotte Honored with Monument in Hometown of Grand Falls, New Brunswick

www.secretariat.com
Le 20 juillet 2015

GRAND FALLS, NB (July 20, 2015)  – The recent dedication of the life-sized bronze statue of Ron Turcotte aboard Secretariat in his hometown of Grand Falls, New Brunswick was a proud moment for the Hall of Fame rider. The bronze was unveiled along the center boulevard in front of an enormous crowd who gathered for the event in the scenic Canadian town.

“I have received many awards and trophies from all over, but to have my own town honor me in this way is very special to me and my family,” said Turcotte.

“It is very touching, believe me. It made me cry a few times there.”

The statue features Turcotte and Secretariat as they hit the finish line of the Belmont Stakes to capture the Triple Crown in 1973. Their amazing 31-length victory in the world-record clocking of 2:24, along with the record-setting times in the Kentucky Derby and the Preakness, still stand today.

The ceremony began with the emotional and heart-felt speeches from a stage of presenting dignitaries, friends, and family who described the talented rider as “an inspiration,” “a legend,” and “a hero.”

Turcotte’s wife Gaetane best summarized the spirit of the courageous rider who has been paralyzed from the waist down since 1978 from a racing accident by stating “Never once did I hear him say, “I’m not going to get up again, I’m not going to try again.”

In typical humble manner, Turcotte deferred much of the day’s lofty praise saying “A legend… maybe, but I am no hero. The armed forces, firemen, and policemen keeping our streets safe, they are the real heroes.”

After watching his grandchildren, bedecked in miniature versions of the famed blue-and-white checkered colors of the Meadow Stable, assist in the unveiling of the matching custom cloak covering the statue, the beloved jockey told the spectators that he is “the luckiest man alive.”

The 2000 lb bronze atop a polished black granite-engraved base was commissioned by the city and created by New Brunswick artist Yves Thériault. It marks the fourth major sculpture honoring Turcotte and Secretariat, joining statues at the Kentucky Horse Park in Lexington, Belmont Park in New York, and Canada’s Sports Hall of Fame in Calgary.

“Being immortalized now, two places in Canada and two places in the United States, but in your hometown, it’s special,” said Turcotte.

Ron Turcotte sera immortalisé le 19 juillet

Daniel Goulet
infoweekend.ca
15 mai 2015

Ron Turcotte sera immortalisé le 19 juillet

Grand-Sault – Le légendaire jockey Ron Turcotte vivra une journée mémorable le 19 juillet. Une statue de deux mètres de hauteur par trois mètres de longueur sera officiellement dévoilée au public pour reconnaître sa brillante carrière de jockey.

La statue élira son nouveau domicile sur le Boulevard Broadway, à l’interception de la rue Victoria à Grand-Sault, près du pont Ron Turcotte. Le conseil de Grand-Sault avait annoncé en août dernier sa volonté d’immortaliser les exploits de monsieur Turcotte avec ce projet de 263 000 $ créé par l’artiste Yves Thériault de la Péninsule acadienne.

« Ron Turcotte est une grosse part de notre patrimoine. Ce citoyen de Grand-Sault a joué un rôle unique dans l’histoire des courses de chevaux en remportant la Triple Couronne en 1973. Suivant son accident en 1978, il est revenu ici, dans sa région natale pour y vivre. Il fait partie de notre histoire », a souligné le maire de Grand-Sault, Richard Keeley.

Monsieur Turcotte et son célèbre cheval, Secretariat, ont été les premiers en 1973 à remporter la Triple couronne en 25 ans. Un film de Disney, « Secretariat », relate notamment cet exploit. En 2013, le cinéaste Phil Comeau a tourné le documentaire
« Ron Turcotte, jockey légendaire » avec plusieurs images de l’époque.

Rappelons qu’en 1978, une chute a rendu le jockey paraplégique, mettant ainsi fin à sa carrière. Il habite présentement son village natal de Drummond. (...)

Annonce du dévoilement de la statue Ron Turcotte par Q96.1

Mark Shaw
Q96.1
14 mai 2015

Annonce du dévoilement de la statue Ron Turcotte par Q96.1

A monument honoring legendary jockey Ron Turcotte will be unveiled this summer in his hometown of Grand Falls.

Mayor Richard Keeley confirmed the news at a Grand Falls town council meeting Tuesday night, according to Acadie Nouvelle. The event will take place in the afternoon of Sunday, July 19 on Broadway Boulevard.

Turcotte became internationally renowned in 1973 when he rode Secretariat to win the Triple Crown. The monument has been in the works since 2011, a few months after the release of the film Secretariat by Walt Disney Pictures.

Mayor Keeley says the monument will be an important tourist attraction for Grand Falls and the region. Artist Yves Thériault of Monuments Sainte-Anne is putting the finishing touches on the statue of the legendary jockey and his famous horse.

The 73-year-old Turcotte is still recovering from a serious accident this winter on the Trans Canada Highway near Four Falls, New Brunswick.  Turcotte broke both his legs when his van hit an icy patch and rolled over on March 9.

Mention de la statue Ron Turcotte dans Les Coulisses du sport

André Rousseau
Les Coulisses du sport
20 août 2014

Mention de la statue Ron Turcotte dans Les Coulisses du sport

RON TURCOTTE IMMORTALISÉ : L'Ancien jockey Ron Turcotte, qui a mené Secretariat à la Triple couronne en 1973, aura son monument sur le boulevard Broadway à Grand-Sault (Nouveau-Brunswick). Ce sera une oeuvre de l'artiste Yves Thériault. Turcotte se dit très touché par ce cadeau de la vie. Merci à Sébasstien Lachance, de l'Acadie Nouvelle, pour les infos.

 

 

Ron Turcotte sera bientôt immortalisé

Collaboration de David Caron
L'Acadie Nouvelle
6 mai 2015

Ron Turcotte sera bientôt immortalisé

BERTRAND - Une statue à taille réelle du jockey Ron Turcotte et de sa monture, le pur-sang Secretariat, sera installée cet été en centre-ville de Grand-Sault. (...)

Dans son atelier à Bertrand, Yves Thériault peaufine sa création la plus imposante jamais réalisée, une statue équestre de 2 m de haut sur 3 m de long que nous avons eu le privilège de découvrir en avant-première.

Elle représente le jockey Ron Turcotte chevauchant son pur-sang Secretariat lors de sa victoire à la Triple couronne de 1973. Son dévoilement officiel est programmé le 19 juillet sur le boulevard Broadway, au niveau de la rue Victoria à Grand-Sault. (...)

Afin qu’elle soit la plus saisissante, Yves Thériault n’a rien laissé au hasard. Il a travaillé à partir d’une cinquantaine de photos et des mensurations de Ron Turcotte. Cet automne, celui-ci est venu à Bertrand. Lui et sa conjointe ont été impressionnés par le résultat.

«Sa femme m’a dit que de toutes les représentations de son mari qu’elle avait vues, c’était la plus belle. C’est sûr, ça fait plaisir.»

Au fil du temps, une amitié s’est nouée entre les deux hommes. Ils se téléphonent régulièrement.

«J’ai appris à le connaître. C’est un gars de défi et de cœur», décrit Yves Thériault.

Leonard Lusky a lui aussi eu la primeur de cette œuvre. Cet entrepreneur du Kentucky s’est spécialisé dans la vente des produits dérivés du cheval Secretariat. Il est aussi conseiller technique.

«Je pense que cette statue témoignera des grandes réalisations de Ron. Je pense que ça va être un sacré beau monument», lance-t-il.

«Leonard Lusky m’a été précieux pour traduire au mieux le déplacement du cheval au galop. Du positionnement de ses sabots à la contraction de ses muscles. C’est la première fois que je représente un sujet en mouvement. C’est beaucoup plus technique que les statues religieuses sur lesquelles j’ai commencé», confie l’artisan. (...)

Un artisan hors normes

Rien ne prédestinait Yves Thériault, 45 ans, à restaurer des vieilles pierres. Avant d’engager ce virage professionnel, il intervenait auprès des jeunes. Il y a 12 ans, il a changé de cap.

«Je l’ai fait par nécessité. J’ai commencé de zéro. Je me suis formé tout seul», raconte-t-il.

Il a fait ses armes sur les statues du chemin de croix de Sainte-Anne du Bocage. Elles étaient en piteux état, il a dû les reconstituer. Ce premier contrat lui a inspiré le nom de son entreprise, Monuments Ste-Anne.

«Je me suis tout de suite senti à l’aise.»

L’expérience lui a permis de développer ses techniques. Des spécialistes chinois avec qui il a eu l’occasion de collaborer s’en sont étonnés; son travail est aujourd’hui mondialement respecté. Au statut d’artiste, Yves Thériault préfère celui d’«artisan hors normes».

«Un artiste a sa propre vision de ce qui l’entoure. À travers ses œuvres, il en donne son interprétation. Mon travail consiste à me rapprocher au plus près de la réalité», nuance-t-il.

Ce qui lui plaît le plus, c’est l’idée de laisser une trace.

«Je crée quelque chose qui va rester dans le temps. J’en éprouve une sorte de fierté et d’honneur.» (...)

Ron Turcotte memorial unveiled in Grand Falls

CJ104
26 août 2014

Ron Turcotte memorial unveiled in Grand Falls

An exciting addition featuring a monument honouring Ron Turcotte will be added to one end of Broadway Boulevard. The monument will feature Turcotte and Secretariat on their way to their Triple Crown victory in 1973, as well as a clock bearing the time they crossed the finish line and a granite block with the famous jockey's biography. Grand Falls Mayor Richard Keeley, Grand Falls, Drummond and St. André MLA Danny Soucy and Tobique-Mactaquac MP Mike Allen were on hand at a recent ceremony in August to view pictures of what the monument will look like. Ron Turcotte was also on hand, as well as Yves Thériault, owner of Monuments Ste-Anne of Bertrand, NB which created the monument out of granite.

Ron Turcotte sera immortalisé sur le boulevard Broadway

InfoWeekend.ca
19 août 2014

GRAND-SAULT - Une maquette d'un monument qui sera érigé en l'honneur du légendaire jockey Ron Turcotte a été dévoilée hier. Ce dernier sera donc immortalisé sur le boulevard Broadway à Grand-Sault.

La Société de développement régionale a financé ce projet au coût de 263 000 $ dans le cadre d'une entente avec la Ville de Grand-Sault et l'APECA pour une série de projets reliés au tourisme. Ce financement a permis à la firme Monuments Ste-Anne Inc., choisie par la municipalité de Grand-Sault, de concevoir la magnifique sculpture qui sera installée dans quelques mois. Ce monument sera la marque permanente de la fierté ressentie par les résidents de la région envers M. Turcotte.

«Je suis très reconnaissant et sans paroles descriptibles. Être immortalisé de cette façon dans ma région est vraiment apprécié et j'espère que mes expériences pourront inspirer d'autres individus à réussir eux-mêmes», explique Ron Turcotte.

«Nous sommes très heureux de cette annonce qui permettra à notre ville, notre région et notre province de célébrer les réalisations de M. Ron Turcotte comme athlète, les qualités ainsi que les valeurs qui lui ont permis d'atteindre un statut légendaire dans son sport et parmi ses pairs et enfin, nous offrir un moyen de communiquer son message que nous pouvons tous réussir si nous travaillons envers nos objectifs, si nous persévérons et si nous avons foi en l'avenir», ajoute Richard Keeley, maire de Grand-Sault.

«Nous sommes fiers d'immortaliser notre vedette locale sur le boulevard Boradway. L'histoire de Ron est pleine de hauts et de bas, il est un vrai exemple de détermination et de résilience pour nous tous. Nous serons maintenant rappelés à tous les jours, en passant devant la statue, que si nous y mettons vraiment du nôtre, nous aussi pourrons un jour être les vedettes de notre propre vie. Merci à Ron, de nous laisser partager son histoire en le mettant sur l'artère principale de Grand-Sault » a affirmé Danny Soucy, député de Grand-Sault-Saint-André-Drummond et ministre de l'Environnement et des Gouvernement locaux.

Ron Turcotte aura son monument à Grand-Sault

Sébastien Lachance
L'Acadie Nouvelle
18 août 2014

Ron Turcotte aura son monument à Grand-Sault

GRAND-SAULT - Le célèbre jockey Ron Turcotte sera bientôt immortalisé sur le boulevard Broadway à Grand-Sault. Reconnu comme l'un des meilleurs de sa discipline en Amérique du Nord avec 2022 courses remportées en 16 ans de carrière, un monument en son honneur sera érigé en octobre au centre-ville afin de souligner son parcours de jockey du cheval Secretariat, vainqueur de la prestigieuse Triple Couronne américaine en 1973.

C'est l'artiste Yves Thériault, de l'entreprise Monuments Ste-Anne, qui a réalisé l'imposante oeuvre d'une longueur d'environ 40 pieds et d'un poids de plusieurs tonnes. 

«Il y a beaucoup de détails techniques. Il fallait reproduire tous les détails à l'échelle. Je ne compte pas les heures», a indiqué le concepteur à l'occasion du dévoilement de la maquette, lundi soir, à l'hôtel de ville de Grand-Sault.(...)

Une communauté encore en deuil...

Luc Gélinas
RDS
Avril 2013

(...) Tout le monde est triste parce que Shippagan est en deuil. Il y a cinq ans, par une journée nuageuse et venteuse, Shippagan a perdu son héros. Un peu après dîner, le 29 mai 2008, Luc Bourdon se tuait bêtement dans un accident de moto. Il venait d'avoir vingt-et-un an. Inexpérimenté, il a bifurqué de sa voie dans une courbe, emporté par une soudaine bourrasque de vent. Impuissante, sa blonde qui le suivait derrière en voiture, l'a vu percuter de plein fouet un camion-remorque qui s'amenait en sens inverse. Puisqu'il s'agissait d'un espoir extrêmement prometteur des Canuck qui en avaient fait le dixième choix au total lors du repêchage de 2005, cette triste histoire a fait le tour de la planète hockey. À Shippagan, personne n'a oublié cette journée tragique.

À l'entrée de l'aréna municipale, le centre Rhéal Cormier, une immense statue immortalise le souvenir de Luc Bourdon. C'est la même chose une fois à l'intérieur de l'enceinte où l'on retrouve plusieurs photographies de lui. Mais ce n'est pas ce qui frappe le plus les étrangers comme moi. De mercredi soir à samedi après-midi, la plupart des personnes que j'ai croisé ressentaient l'envie de venir me parler de ce jeune homme qui est parti beaucoup trop vite. Dans une petite communauté de ce genre où tous se connaissent, chacun s'est approprié son unique souvenir de Luc. (...)

La statue de bronze Luc-Bourdon prend forme

Serge Dionne
L'Acadie Nouvelle
Jeudi 18 novembre 2010

SHIPPAGAN – La statue de bronze grandeur nature à l’effigie du défunt hockeyeur de Shippagan, Luc Bourdon, prend de plus en plus forme et pourrait être prête pour le Nouvel An. Toutefois l’installation du monument devant le Centre Rhéal-Cormier devrait se faire au printemps, après la fonte des neiges. La sculpture mesurera 6 pi 4 po et avoisinera les 1 000 lb.

Depuis plusieurs mois, un comité formé d’Irenée Mallet (président), de Jules DeSylva (Ville de Shippagan), de Robert Boucher (oncle de Luc) et de Jean-Marc Mallet travaille à la création d’une statue de bronze grandeur nature en l’honneur de l’ancien défenseur des Canucks de Vancouver, décédé dans un accident de moto en mai 2008.

L’entreprise Monuments Ste-Anne, située à Bertrand, supervise le projet depuis le tout début. Son propriétaire, Yves Thériault, s’est même déplacé à l’extérieur du pays, cet été, afin de superviser les travaux et de collaborer à la réalisation du moule de glaise. C’est à partir de ce moule que sera coulée la statue de bronze.

« Je suis parti pendant deux semaines. Moi qui n’aime pas trop l’avion, j’ai dû voler pendant plusieurs heures. Je l’ai fait parce que je crois au projet. Luc est un modèle, un exemple et une fierté pour la jeunesse acadienne », a expliqué Yves Thériault.

« Il fallait trouver une fonderie qui accepterait que nous allions travailler sur place et qui était dans nos prix. Normalement, un projet comme celui-là coûte de 125 000 $ à 175 000 $. Nous avons trouvé quelque chose dans nos prix (environ 75 000 $) », a ajouté le propriétaire de Monuments Ste-Anne, une entreprise qui se spécialise dans la création et la restauration de monuments, de pierres tombales et de sculptures de toutes sortes.

« Je me suis déplacé, car nous voulions un produit de qualité. Nous pouvons dire mission accomplie jusqu’à maintenant. Nous voulions aussi nous assurer de la crédibilité de la compagnie. La fonderie avec laquelle nous faisons affaire a un portfolio très intéressant. »

En bref… Luc Bourdon a disputé 36 matchs dans la LNH, inscrivant deux buts… Pendant son séjour de 41 parties avec le Moose du Manitoba de la Ligue américaine, il a totalisé 14 points, dont six filets… Il a porté les couleurs des Foreurs de Val-d’Or, des Wildcats et des Screaming Eagles du Cap-Breton dans le circuit Courteau… Bourdon a gagné la médaille d’or deux ans de suite avec Équipe Canada Junior… Monuments Ste-Anne compte notamment parmi ses réalisations la restauration du cimetière United Church de Shippagan et la création d’un monument en l’honneur de l’équipe masculine de basketball des Boys in Red de Bathurst High.

Luc Bourdon sera immortalisé à Shippagan

Serge Dionne
L'Acadie Nouvelle
Jeudi 13 mai 2010

Une statue de bronze à l’effigie du hockeyeur sera érigée devant le centre Rhéal-Cormier

SHIPPAGAN – Comme le Club de hockey Canadien l’a fait avec quatre de ses légendes, Shippagan immortalisera elle aussi un de ses héros avec une statue de bronze grandeur nature. Le deuxième anniversaire du décès du hockeyeur acadien Luc Bourdon approche à grands pas (29 mai). Déjà deux ans se sont écoulés depuis la mort tragique du défenseur des Canucks de Vancouver, décédé dans un accident de moto. Les années passent, mais les souvenirs et la mémoire du hockeyeur de Shippagan sont plus vivants que jamais.

(...)

Le propriétaire de Monuments Ste-Anne, Yves Thériault, travaille au projet depuis quelques mois.

« Il fallait établir des contacts à l’extérieur, afin de négocier des prix plus bas. Nous préparons les dessins, les plans, les spectres, etc. Je vais par la suite me rendre à la fonderie, située à l’extérieur du pays, avant la coulée, pour m’assurer du produit final », a indiqué le propriétaire de l’entreprise, qui se spécialise dans la création et la restauration de monuments, de pierres tombales et de sculptures de toutes sortes.

En bref… Les personnes intéressées à donner de l’argent pour la statue de bronze Luc-Bourdon pourront le faire bientôt par le biais des différentes caisses populaires acadiennes… Luc Bourdon a disputé 36 matchs dans la LNH, inscrivant deux buts… Pendant son séjour de 41 parties avec le Moose du Manitoba de la Ligue américaine, il a totalisé 14 points, dont six filets… Il a porté les couleurs des Foreurs de Val-d’Or, des Wildcats et des Screaming Eagles du Cap-Breton dans le circuit Coutreau… Bourdon a gagné la médaille d’or deux ans de suite avec Équipe Canada Junior

En mémoire des Boys in Red

L'Acadie Nouvelle
Samedi 7 juin 2008

BATHURST - Les élèves de l'école secondaire Bathurst High ont pris part à une cérémonie, hier midi, pour inaugurer le premier monument en hommage à sept de leurs camarades qui ont perdu la vie lors d’un accident routier en janvier. C’est une initiative de la direction de Bathurst High qui tenait à avoir un monument commémoratif sur les lieux mêmes où ces jeunes ont passé les dernières années de leur vie et où ils ont évolué dans l’équipe de basketball dont les membres sont surnommés les Boys in Red.

Il s’agit d’une arche avec, au centre, un panier de basketball, élevée dans une cour arrière de l’établissement scolaire. Au pied du monument, des plaques avec les noms des joueurs décédés et leurs numéros de chandails sont apposées par ordre alphabétique : Javier Acevedo, Codey Branch, Nathan Cleland, Justin Cormier, Daniel Hains, Nicholas Kelly et Nickolas Quinn.

L’évènement, dont les médias étaient tenus à l’écart, se voulait à la fois un moment de recueillement et de festivités pour cette dernière journée régulière de classe avant les examens. Un pique-nique était organisé accompagné de musique.

Les sept athlètes ont trouvé la mort lorsque la fourgonnette qui les ramenait d’un match à Moncton est entrée en collision avec un semi-remorque, le 12 janvier. Une enseignante, Elizabeth Lord, l’épouse de l’entraîneur, n’a pas survécu à l’accident.

Travail de moine à Sainte-Anne-du-Bocage

Réal Fradette
L'Acadie Nouvelle

CARAQUET – Yves Thériault a eu l’impression de toucher à un pan d’histoire de Caraquet quand il a retiré les quatre pierres tombales originales restantes du cimetière historique de Sainte-Anne-du-Bocage, hier matin. Très méticuleusement, lui et son frère René ont déterré, une à une, ces épitaphes qui datent de plus de 200 ans et qui figurent parmi les plus anciennes de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. Ils les ont ensuite amenées dans leur atelier Monuments Sainte-Anne pour s’attaquer à leur préservation.

Grâce à des techniques personnelles et de nombreuses heures de travail, ils enlèveront avec précaution, avec l’aide de Ginette, la mousse, la peinture accumulée et les scellants pour en arriver à retrouver la pierre d’origine et, si possible, identifier à qui appartient chacune de ces stèles. « C’est un travail de moine et j’ai l’impression que je vais gagner mon ciel avec cela », laisse échapper Yves en regardant ces pièces historiques abîmées par le temps et l’air salin.

Jusqu’à 40 heures de travail seront probablement nécessaires afin de ramener un peu de fraîcheur à ces œuvres, croit l’artisan spécialisé dans les monuments. Son équipe compte déjà à son actif la restauration d’une vingtaine des 56 pierres tombales au cimetière Thomas Cook, en plein cœur de Caraquet, où reposent en paix près de 3 000 citoyens enterrés entre 1820 et 1914.

Ce travail de précision constitue une fierté aux yeux de M. Thériault, qui y voit aussi une grande responsabilité.

« Ce sont nos ancêtres, ce sont nos origines. C’est un honneur pour moi. C’est certainement le travail le plus valorisant de ma carrière », avoue-t-il.

Comme il était impossible de les rénover sur place, M. Thériault a pris soin de bien identifier les endroits où ont été prélevées les pierres. Si tout va bien, il pense pouvoir les remettre à leur place avant l’arrivée de l’hiver.

L’artisan de Caraquet a aussi proposé au comité de sauvegarde du cimetière Sainte-Anne-du-Bocage de fabriquer des reproductions authentiques de ces quatre épitaphes et garder les originaux dans un lieu sûr, à l’abri des intempéries et des vandales, mais visibles du public. Cette idée est étudiée par le comité, a fait part la présidente Roberta Dugas.

Celle d’Alexis Landry, un des quatre fondateurs de Caraquet, a été restaurée il y a quelques années.

Ces plaques ont été construites à même de la pierre de sable, que l’on trouvait en abondance au 18e siècle dans les régions de Stonehaven et Grande-Anse, a remarqué M. Thériault. L’église actuelle de Caraquet a été érigée avec ce matériau, a-t-il ajouté.

Le cimetière historique de Sainte-Anne-du-Bocage contiendrait 267 corps, inhumés entre 1760 et 1820. La plupart des personnes enterrées à cet endroit sont des rescapés de la Déportation de 1755. Le fondateur de la municipalité de Shippagan, Jean-Baptiste Robichaud, y repose.

Mission : rendre hommage aux ancêtres

CARAQUET – Roberta Dugas s’est donné comme mission de rendre hommage aux ancêtres éteints dans les deux cimetières historiques de Caraquet. La présidente du comité de restauration du cimetière Sainte-Anne-du-Bocage travaille aussi à améliorer l’allure de celui de Thomas Cook, dans le centre-ville, à temps pour le Congrès mondial acadien de 2009.

« Ce sont nos ancêtres. Quand nous voulons nous souvenir de nos origines, nous allons au cimetière. Ces personnes ont fait notre histoire. Ce n’est pas uniquement inscrit sur une feuille de papier. Que ces pierres tombales soient encore là après tant d’années est tout simplement merveilleux », argue-t-elle.

Le comité a commandé un plan d’aménagement du cimetière Sainte-Anne-du-Bocage à une firme du Québec. Le document devrait être présenté sous peu, mais trop tard pour commencer les travaux cet automne. – RF

Un monument à la mémoire des Boys in Red

Béatrice Seymour
L'Acadie Nouvelle
Mardi 3 juin 2008

BATHURST – Un premier monument à la mémoire des sept jeunes victimes de l’accident routier de janvier s’élèvera dans quelques jours dans la cours de l’école secondaire Bathurst High, à Bathurst. Ce monument sera inauguré le 6 juin pour rendre hommage aux sept athlètes de l’école Bathurst High fauchés en pleine jeunesse lors d’un tragique accidnet sur la route 8, en janvier.  Javier Acevedo, Codey Branch, Daniel Hains, Justin Cormier, Nathan Cleland, Nickolas Quinn et Nicholas Kelly faisaient partie de l’équipe de basketball des Phantoms, surtout connue sous le nom des Boys in Red. La femme de leur entraîneur, Elizabeth Lord, a aussi perdu la vie dans cet accident.

D’ailleurs, la sculpture représentera ce qui a animé leurs journées jusqu’à la toute fin : une arche avec un panier de basketball en son centre. Des plaques avec les noms des joueurs décédés et leurs numéros de chandail y seront apposées.

Un autre symbole pour que la mort de ces huit personnes ne soit jamais oubliée, projet de la Ville de Bathurst, de concert avec les familles, sera érigé dans les prochains mois. Il semblerait que son emplacement sera à l’endroit où la vie de sept ados à l’avenir prometteur et d’une enseignante s’est arrêtée, une nuit d’hiver.

Il va sans dire que l’émotion sera forte au cours des prochaines semaines quand les finissants de l’école secondaire recevront leurs diplômes. Un moment qui aurait dû appartenir à la plupart des victimes qui allaient terminer leurs études secondaires cette année.

Pour détendre l’atmosphère lors de la cérémonie de remise des diplômes, le 20 juin, le District scolaire anglophone de Bathurst a décidé d’organiser l’événement The Celebration of the Spirit une semaine avant.

Le 15 juin, au Centre K.C. Irving, les étudiants de Bathurst High vont présenter un spectacle. Pour ce faire, ils ont reçu l’aide de la troupe musicale new-yorkaise STOMP, qui se sert de n’importe quel objet de la vie courante comme percussions.

« Nous essayons de finir l’année sur une note positive. La cérémonie des diplômés pourrait être très triste, mais nous pensons que ça sera un bon moment parce que c’est leur soirée pour célébrer leurs accomplissements. C’est pour cela que nous organisons beaucoup d’autres choses le dimanche d’avant, pour que les jeunes arrivent à composer avec la perte de leurs camarades. Ainsi, le vendredi (20 juin) sera pour souligner les diplômés et leurs succès », a précisé John McLaughlin, le directeur général du District 15.

L’ancien gardien du Canadien de Montréal, Ken Dryden, aujourd’hui membre du Parlement, sera présent à cette occasion pour prononcer un discours.

Le moment poignant de l’événement sera sans aucun doute lorsque le ministre de l’Éducation, Kelly Lamrock, remettra aux familles des victimes de Bathurst High leurs diplômes d’études secondaires, à titre posthume.

Début des travaux au cimetière de Sainte-Anne-du-Bocage

Réal Fradette
L'Acadie Nouvelle
Jeudi 1e mai 2008

CARAQUET – La restauration du site historique du cimetière de Sainte-Anne-du-Bocage, à Caraquet, est commencée.

Ce projet est inscrit dans un vaste programme de réaménagement de l’endroit, qui a accueilli les fondateurs de la municipalité, deux ans après la Déportation. Il en coûtera plus de 100 000 $ afin de le préparer à temps pour les activités du Congrès mondial acadien de 2009, dans la Péninsule acadienne.

Pour ce qui est du cimetière, plus de 260 personnes, décédées entre 1770 et 1820, y reposent pour l’éternité. Le secteur est maintenant considéré comme un lieu historique et un des premiers artefacts de l’après-Déportation.

Sa restauration comprend une clôture rustique entourant les lieux, ainsi que l’installation de 26 stèles à la mémoire des grandes familles acadiennes et d’une dizaine de crois, sur lesquelles seront inscrits les noms de 31 autres familles.

Ces travaux, évalués à plus de 60 000 $, ont été confiés à Yves Thériault, spécialiste en reconstitution de monuments historiques, à Caraquet. Ils devraient être terminés à l’automne, en principe.

Le cimetière de Sainte-Anne-du-Bocage a servi de lieu de sépulture pour toute la région du Grand Caraquet, ainsi que pour Shippagan, Lamèque, Miscou et Pokemouche. Les pionniers Alexis Landry, de Caraquet, Jean-Baptiste Robichaud, de Shippagan, et Jean-Baptiste Godin, de Bertrand, y sont enterrés.

En décembre 2006, la pierre tombale de Rosalie Landry, décédée le 18 septembre 1780 à l’âge de 18 ans, y avait été découverte. Elle était l’avant-dernière des neuf enfants du couple d’Alexis Landry et de Marie Thériault. La famille s’est établie à Caraquet vers 1757, en provenance de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse.

Le comité de restauration du site historique de Sainte-Anne-du-Bocage, sous la direction de Roberta Dugas, travaille depuis plus de deux ans à la remise en forme de l’endroit, qui comprend également une chapelle très populaire. En plus du cimetière, des améliorations seront apportées à la source d’eau située près de la baie de Caraquet, à l’aménagement paysager et aux bâtiments. D’autres projets sont également à l’étude.

Chaque été, durant la neuvaine dédiée à sainte Anne, la grand-mère de Jésus, plus de 50 000 fidèles y convergent.

Restaurer le passé pour le Congrès mondial acadien 2009

Thomas Lizotte
L'Hebdo Chaleur
3 mai 2008

Le temps n’a pas manqué à sa tâche, en détruisant et ravageant la plupart des pierres tombales du cimetière de Ste-Anne-du-Bocage, à Caraquet. Yves Thériault, artisan, veut redonner à l’histoire sa beauté d’antan, en restaurant une vingtaine des stèles pour le Congrès mondial acadien de 2009.

Endroit de prédilection pour se remémorer les souvenirs des pionniers de cette ville, ce cimetière contient les cendres des premiers Acadiens qui se sont installés après la déportation de 1755, notamment les fondateurs tels Alexis Landry et Louis Lanteigne.

Par le biais de sa compagnie de Caraquet, Monument Ste-Anne, M. Thériault et sept de ses collègues travaillent présentement à la reconstitution des pierres de la plupart des familles fondatrices, soit au-dessus de 200 personnes représentant environ 24 monuments. Pour Yves Thériault, la tâche ne semble pas si ardue, celui n’étant vraisemblablement pas à sa première expérience en restauration. « J’ai commencé en restaurant des statues auxquelles il manquait des bras, des têtes, etc. De fil en aiguille, je me suis fait connaître et l’on m’a demandé de restaurer un cimetière de 52 pierres. Sans m’en rendre compte, je me suis créé une expertise en restauration de monuments. »

C’est en moyenne d’une journée à 40 heures d’ouvrage que cela prend pour l’embellissement d’une pierre. Avec des techniques qu’il a puisées d’Internet et d’un cours en la matière qu’il a suivi aux États-Unis, son expertise est telle qu’il peut réussir à rendre la beauté à une stèle datant de l’année 1780, comme ce fut le cas pour la pierre de Rosalie Landry décédée le 18 septembre 1780, à l’âge de 18 ans. Elle était la fille du fondateur, Alexis Landry.

Voilà ce qui valorise M. Thériault, ce qui le pousse à améliorer ses techniques et raffiner les résultats de ses restaurations. « Ce n’est pas un simple métier, car je travaille à déterrer l’histoire. C’est excitant et extrêmement valorisant pour moi d’avoir le potentiel de remettre à neuf une antiquité ». Yves Thériault a aussi expliqué qu’il se devait de reproduire fidèlement et presque intégralement une épitaphe qui, jadis, était construite le plus souvent en marbre bras ou en pierre de silice. Le restaurateur se doit donc de retrouver les mêmes matériaux ainsi que de réparer dans les dimensions originales tous les monuments qui passent sous ses doigts d’artistes.

Bien que la restauration de monuments occupe la majorité de son temps, son métier lui permet aussi de desservir une clientèle diversifiée, avec des goûts disparates. À cet égard, à l’aide d’un programme informatique il peut créer et réaliser devant les yeux de ses clients toutes les commandes reliées à la fabrication d’une pierre tombale. Peu importe le matériel ou les motifs qu’ils désirent y retrouver, Yves Thériault et son équipe confectionneront le croquis qui se présentera sur l’écran d’ordinateur. Les acheteurs peuvent donc avoir un aperçu réel de la requête qu’ils ont commandée.

Sa mission : restaurer et créer des pierres tombales

Marie Édith Roy
L'Acadie Nouvelle

BERTRAND – Au fil des siècles, les pierres tombales ont été l’un des seuls indices retraçant l’existence de nos ancêtres. Yves Thériault est un artisan acadien qui travaille à restaurer et créer des pierres tombales. Présentement, il s’affaire à restaurer et à reproduire des pierres qui datent d’aussi loin que les années 1700.

« Pour moi, c’est une fierté que de préserver notre patrimoine. J’aime travailler une pierre brisée en quatre ou sept morceaux, vouée au dépotoir. Je trouve cela dommage parce qu’il y a de véritables œuvres d’art qui sont abandonnées », indique M. Thériault.

Yves Thériault a lancé son entreprise Monuments Ste-Anne, en novembre 2005, à Bertrand, dans la Péninsule acadienne. Son intérêt date de la mort de ses parents, alors qu’il était dans la vingtaine. Il y a quatre ans, il s’est proposé de refaire les monuments religieux à chaque station du chemin de croix situé sur le site de la chapelle de Sainte-Anne-du-Bocage, à Caraquet.

« Je ne suis pas un pratiquant, mais la chapelle a toujours été pour moi un lieu de ressourcement. C’était devenu naturel pour moi d’offrir mes services pour restaurer le site. J’avais des connaissances en monuments et j’ai voulu les retransmettre aux pierres tombales. »

À ce jour, M. Thériault a restauré une cinquantaine de pierres tombales et de monuments. Il en a retravaillé datant des années 1800 et 1900. Pour ce faire, il recherche les matériaux d’origines ou encore des matériaux qui recopient fidèlement les pierres d’antan. À l’époque, les marbres blancs et gris ainsi que la pierre de silice étaient essentiellement utilisés pour créer les pierres.

« Si je refais, par exemple, une tête ou une crois, je m’assure d’avoir les dimensions exactes et la même typographie que l’artisan en 1800. »

Selon la dimension de la pierre et dépendamment du matériel, M. Thériault peut consacrer jusqu’à 60 heures à une pierre afin de lui redonner la forme originale.

« Ce qui importe pour moi c’est qu’une personne ne puisse pas dire laquelle est l’originale et laquelle a été reproduite ou encore qu’elle ne puisse pas retracer les cassures. »

L’effet du temps et le vandalisme sont parmi les facteurs qui détériorent les pierres. « À l’époque, les pierres tombales étaient très hautes. Elles pouvaient mesurer jusqu’à six pieds. Avec la gravité et l’état des terrains laissés pour compte, les pierres penchent et se brisent. »

Yves Thériault a reçu le mandat de restaurer, entre autres, une vingtaine de pierres tombales du cimetière Thomas Cook, à Caraquet. Il a été approché pour reproduire une trentaine de pierres tombales des premiers arrivants acadiens des années 1700, reposant au cimetière de Sainte-Anne-du-Bocage.

« J’y ai pris les mesures, les matériaux et les particularités de quelques pierres qui sont faciles  reproduire et qui donneront un cachet d’antan. »

Il s’apprête également à restaurer 69 pierres tombales dans un vieux cimetière qui a été profané dans la région de Rimouski.

M. Thériault spécifie qu’il crée aussi des pierres tombales pour les familles qui le désirent.

« J’offre une gamme de produits et de prix répondant aux besoins de chacun. Que la pierre coûte 500 $ ou 5 000 $, j’y mets autant d’effort pour offrir une pierre de qualité. C’est une forme de respect pour les personnes décédées. »

M. Thériault fait également le nettoyage des cimetières, le polissage des pierres et la réparation des croix.

« Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec la pierre tombale. C’est un métier qui se perd. Selon moi, c’est important de conserver nos racines et ce qui nous reste de nos ancêtres. »

Nouveau cénotaphe à Shippagan

L'Acadie Nouvelle

SHIPPAGAN – Un nouveau monument rendant hommage aux anciens combattants des deux guerres mondiales ainsi que la guerre de Corée a été inauguré, samedi, à Shippagan.

Le projet, piloté par Simon Noël, a été réalisé avec la collaboration des gouvernements fédéral et provincial, la Ville de Shippagan, la Caisse populaire de Shippagan, les Chevaliers de Colomb et les pompiers de Shippagan. Plusieurs pièces de l’ancien cénotaphe ont été récupérées pour bâtir le nouveau monument. Dans la photo, on aperçoit quelques invités à la cérémonie, soit le ministre des Transports, Denis Landry, Frank Arsenault, commandant du District de la Côte-Nord, Simon Noël, responsable du projet, Malvina Robichaud, présidente de la Légion royale canadienne pour Shippagan, Paul Poirier, 1e vice-président provincial de la Légion royale canadienne, et Yvon Godin, député fédéral d’Acadie-Bathurst.

Hommage aux entrepreneurs du Grand Caraquet

L’Acadie Nouvelle
Mercredi 14 octobre 2009

CARAQUET – La Chambre de commerce du Grand Caraquet rendra hommage aux entrepreneurs de la communauté d’affaires du Grand Caraquet le 24 octobre, au Carrefour de la mer de Caraquet.

Ces honneurs seront décernés dans le cadre du Gala Commerc’Or 2009 qui se déroule tous les deux ans. Plusieurs candidats sont en lice cette année dans diverses catégories. Une personne ayant contribué de façon particulière au développement de la communauté d’affaires durant plusieurs années sera désignée membre honoraire de la Chambre de commerce du Grand Caraquet lors du Gala. Germain Blanchard rejoindra, cette année, les cinq membres ayant été reconnus aux précédents Galas, soit, Martin Légère, Blaise Dugay, Stan Dugas, Fernand Lanteighe et Gérard Saint-Cyr.

Le grand public est invité à se joindre aux membres de la Chambre de commerce du Grand Caraquet pour une soirée musicale avec Jean-François Breau, une soirée dansante, une exposition d’œuvres d’art, une vente à l’encan silencieuse, un souper gastronomique, une remise des prix d’excellence de Centre-Ville Caraquet, et la remise des Commerc’Or de la Chambre de commerce.

L’identité des finalistes dans les catégories Commerc’Or 2009 a été dévoilée hier.

Entreprise par excellence

Aux Mille et Un Jardins
Bocar
Haché Services Techniques

Entreprise innovatrice

AcadieNor
Monuments Ste-Anne 
Produits du Golfe St-Laurent

Secteur culturel/événement spécial

Caraquet en Bleu
Le Festival Acadien pour Le Violon fantastique, une coproduction de Production Tintamarre et le comité de promotion de Place du Vieux Couvent
Ville de Caraquet – capitale culturelle du Canada 2009

Jeune entrepreneur

Pierre Boudreau (Physiothérapie Caraquet)
Philip Cormier (Corbo inc.)
Marc Godin (Restaurant Chez Isa, Carwash Olivier)

Femme entrepreneure

Irène Boucher (Aux Mille Herbes-produits naturels)
Alberte Doiron (Les Blancs d’Arcadie)
Francine Paulin (Aux Mille et un Jardins)

Bâtisseur

Lanteigne Sports

Des pierres tombales en mémoire des premières familles

Marie Edith Roy
L'Acadie Nouvelle

CARAQUET – Une trentaine de pierres tombales réunissant les noms des premières familles dans la région de Caraquet seront créées au cimetière du Sanctuaire de Sainte-Anne-du-Bocage. Environ 260 Acadiens de partout dans la Péninsule acadienne ont été enterrés dans ce cimetière entre 1780 et 1820.

« Leurs noms sont tous répertoriés et nous croyons qu’il y a au moins six autres personnes qui ont été inhumées, mais nous ne connaissons par leurs noms. Nous voulons reconstituer le cimetière en plaçant des pierres tombales et des croix en regroupant les noms par famille », explique Roberta Dugas, du comité pour la sauvegarde du cimetière.

La restauration du cimetière devrait se faire d’ici le Congrès mondial acadien, en 2009, car il est considéré comme le cimetière historique de la région.

« Nous avons aucune subvention pour réaliser ce projet, nous reposerons sur la générosité des gens. Nous allons demander aux familles de payer les pierres tombales; cela ne coûtera pas une fortune. » Quatre pierres tombales qui se retrouvent actuellement sur le site sont des pierres originales qui datent des premiers rescapés de la déportation. Celle d’Alexis Landry a déjà été restaurée.

« Elles sont abîmées. Nous voulons les nettoyer et les préserver. » Parmi les sépultures dans le cimetière, 75 % d’entre elles sont celles de jeunes enfants.

« Le plus fort survivait à l’époque. Les enfants mourraient soit à la naissance ou de diarrhée, de grippe, d’épidémie… »

Cimetière Thomas Cook

Une vingtaine de pierres tombales ont aussi été restaurées au cimetière historique Thomas Cook, à Caraquet, en face du presbytère.

« On en dénombre 59 au total. Certaines étaient très abîmées… Nous les perdions si nous ne les restaurions pas. Une quarantaine d’autres pierres ont maintenant besoin d’être nettoyées ».

Environ 3 000 personnes auraient été enterrées dans ce cimetière entre 1820 et 1914. Des stèles en granite ont été proposées pour graver les noms de ces ancêtres.

« Nous allons lancer une campagne de financement afin d’amasser des fonds pour réaliser ce projet », ajoute Mme Dugas.

Pour Mme Dugas, un cimetière est une page d’histoire importante qu’il faut préserver.

« Les dates nous indiquent, par exemple, que les enfants ne vivaient pas vieux à l’époque. Nous devons cela à nos ancêtres. Nous nous assurons que les gens se rappellent d’eux en respectant leurs tombes, dit-elle. J’ai toujours dit que si tu sais d’où tu viens, tu sais où tu vas. Si un cimetière est bien organisé, les gens vont y aller, car de plus en plus ils veulent aller à leurs racines, retourner aux sources et se recueillir sur la tombe de leurs ancêtres. »

Saint-John's Church

2007 Service For Closure

[…] We are extremely pleased with the work of Mr. Yves Theriault, Monuments Ste-Anne, for his fine workmanship on the repair and refurbishment of the 26 headstones that remain in the cemetery as well as his excellent work on the memorial cairn.

It is certainly a testament of a skilled craftsman that will bear the test of time. […]

Comité des parcs des ancêtres et des monuments

Coup d'oeil Caraquet
Juin, juillet et août 2006

Comité des parcs des ancêtres et des monuments

Un comité composé de représentants de la Ville de Caraquet, de la paroisse St-Pierre-aux-Liens de Caraquet, du patrimoine et du comité de Ste-Anne-du-Bocage a été formé afin de voir à la restauration des deux cimetières historiques, soit celui de Ste-Anne-du-Bocage (1780 à 1820) et Thomas Cook (1820 à 1914) et d’aider au développement du cimetière actuel. Des travaux majeurs de restauration et d’aménagement devront être effectués pour en faire des lieux importants d’histoire et d’information.

À Ste-Anne-du-Bocage, nous sommes à nettoyer et restaures les quatre (4) pierres tombales qui datent de la fin du 18e siècle. Au moins 267 personnes ont été inhumées dans ce cimetière. Avec l’aide de monsieur Fidèle Thériault, historien, des reproductions de pierres tombales de l’époque seront installées dans ce cimetière. L’aménagement devra débuter cet été. Nous planifions de terminer la restauration du cimetière pour le Congrès Mondial Acadien de 2009.

Quant au cimetière Thomas Cook, 56 pierres tombales sont toujours existantes; 18 étaient très abîmées mais ont pu être restaurées grâce au travail extraordinaire de monsieur Yves Thériault de Bertrand. Il est d’ailleurs en train de nettoyer et de restaurer les 38 autres pierres tombales. On a dénombré 3 000 morts dans ce cimetière. Un plan d’aménagement qui cadrera avec le développement de ce secteur historique de la municipalité a été commandé.

Afin de pouvoir réaliser ces projets importants pour l’histoire de toute la région, nous devons compter sur la générosité de la population. Une œuvre de grande valeur, donnée par l’artiste de renommée internationale, monsieur Léopold Foulem, fera l’objet d’une loterie sous peu pour amasser des fonds. Un don pour les cimetières peut être fait par l’entremise du salon funéraire Racicot.

Des legs par testament sont aussi possibles. De plus, des cueillettes de fonds seront faites dans la prochaine année soit par quête spéciale ou par des activités ou dons en collaboration avec les différents organismes de notre communauté. Nous voulons ainsi rendre hommage à nos ancêtres par la restauration de ces deux cimetières historiques.

Soyons généreux,

Roberta Dugas
Présidente